Entrepreneurs : Comment en Finir avec ces Pensées qui nous Paralysent

Comment en finir avec ces pensées qui nous paralysent ?En tant qu’entrepreneurs ou futurs entrepreneurs, nous nous posons des questions à longueur de journée.

Est ce que j’ai ce qu’il faut pour réussir ?

Suis-je assez qualifié ?

Quand vais-je trouver une bonne idée ?

Va-t-on me prendre au sérieux car je suis trop jeune (ou trop vieux) ?

Au fond, est ce que je mérite vraiment de réussir ?

Toutes ces questions nous empêchent d’avancer, elles nous poussent à la résignation, à rester dans la médiocrité, à stagner.

Au final, le lancement de ce nouveau projet est retardé une fois de plus.

Ce qui n’aide pas à garder le moral.

Cela nous pousse à nous poser de nouvelles questions…

Et nous voilà dans un terrible cercle vicieux.

Stop !

Si toutes ces questions vous empêchent d’avancer, c’est que quelque chose ne va pas dans notre façon de penser.

Laissez moi vous expliquer…

Pourquoi nous devons comprendre comment fonctionne notre cervelle pour avancer

Cela peut vous sembler surprenant mais la psychologie est quelque chose de passionnant.

Comprendre ce qui nous pousse à agir de telle ou telle façon peut nous permettre de rectifier le tir afin de nous réorienter dans la bonne direction.

Savez-vous que nos croyances font de nous ce que nous sommes ?

Ne vous méprenez pas, les croyances ne se limitent pas à la religion et à la spiritualité. Elles sont bien plus que ça, même si nous n’en avons pas conscience.

Nos croyances déterminent notre vision du monde.

Elles façonnent notre propre réalité, c’est à dire notre façon de voir les choses, mais aussi nos jugements et par extension nos actions (ou non-actions).

L’histoire de Mathieu et Simon

Imaginez-vous un enfant élevé dans une famille d’entrepreneurs, appelons le Mathieu. Ne pensez vous pas que plus tard,  Mathieu aura plus de chances de créer son entreprise que Simon, un enfant élevé dans une famille où les parents sont salariés ?

La réponse est oui, mais pourquoi ?

Tout simplement parce que Simon n’a pas les mêmes croyances que Mathieu concernant la création d’entreprise.

Simon se dira peut-être qu’il n’en est pas capable, que c’est trop risqué ou qu’il a besoin d’une idée extraordinaire. Il se peut aussi que l’idée de créer son affaire ne lui vienne même pas à l’esprit.

Les croyances de Simon vont l’empêcher de pouvoir examiner toutes les options qui s’offrent réellement à lui. Il se dira que trouver un emploi est la seule chose à faire.

De son côté, Mathieu aura le choix. Libre à lui de choisir ce qui lui conviendra mais l’exemple de ses parents lui montrera que monter sa boite n’est pas impossible.

Albert Einstein - CC Ukhomeoffice via FlickrAlbert Einstein a dit quelque chose de très juste :

Rares sont les gens capables d’exprimer avec impartialité des opinions qui diffèrent des préjugés qu’on a dans leur milieu social. La plupart des gens sont même incapables de concevoir pareilles opinions. – A. Einstein

La chose que nous devons retenir est qu’il existe…

2 types de croyances

L’histoire de Mathieu et Simon nous montre que l’on peut classer nos croyances dans deux catégories bien distinctes. Il y a :

  • Les croyances limitantes sont celles qui nous mettent des sortes d’oeillères. Elles brouillent notre perception de la réalité, elles nous empêchent de voir tout ce qui s’offre à nous. Par exemple :
    • Je dois avoir une idée géniale.
    • Je ne trouverai jamais l’argent.
    • Je ne suis pas un bon communiquant/vendeur etc.
    • Je suis trop jeune pour créer mon entreprise.
    • On ne me prendra pas au sérieux.
  • Les croyances énergisantes au contraire, nous poussent à avancer. Elles nous procurent l’énergie nécessaire pour réaliser nos projets. Par exemple :
    • Mon projet va réussir, ce n’est qu’une question de temps.
    • Il est possible de créer son entreprise à tout âge.
    • J’apprendrai au fur et à mesure.
    • Si untel l’a fait, je peux le faire.
    • Je vais contacter des personnes qui pourront m’aider.

Bien entendu, ce n’est pas parce qu’on croit en notre projet qu’il va réussir à coup sûr.

Même si nous y croyons dur comme fer, il se peut que notre plan échoue.

Cela fait partie des risques.

Toutefois, nous augmentons considérablement nos chances de réussite si nous y croyons, car nous allons tout faire pour que cela se réalise.

Imaginez au contraire quelqu’un qui est convaincu d’échouer, pourquoi cette personne ferait-elle le moindre effort ?

Cela marche dans les 2 sens, à nous de choisir les croyances qui nous supporteront le plus.

Comme le disait Henry Ford :

Cliquez pour Tweeter cette citation d'Henry FordCliquez ici pour tweeter cette citation

À partir de là, comment faire pour transformer nos croyances limitantes en croyances énergisantes ?

5 Moyens pour favoriser l’émergence de croyances positives

Dans son livre Pouvoir Illimité, Anthony Robbins définit les croyances comme “des filtres organisés, préétablis, de notre perception du monde” (p 84).

Il les présente comme des “directives qui régissent notre cerveau. Quand nous croyons fermement que quelque chose est vrai, c’est comme si nous donnions à notre cerveau un ordre sur la façon de nous représenter les évènements” (p 84-85).

Robbins est convaincu que “ce que nous croyons détermine le potentiel que nous allons être en mesure de mobiliser” (p 88).

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les croyances ne sont pas statiques, il est possible de les modifier et d’en faire naître de nouvelles.

En suscitant des croyances énergisantes, nous allons pouvoir accroitre nos chances de réussir ce que nous entreprenons.

Anthony Robbins a recensé 5 méthodes pour que nous puissions générer de nouvelles croyances :

  1. Modifier son environnementRappelez-vous de Mathieu et Simon. A votre avis, quelle idée Simon se ferait-il de la création d’entreprise s’il passait 15 jours en vacances chez Mathieu ?En côtoyant des personnes dans le même état d’esprit que vous, vous gagnerez en confidence et renforcerez la croyance en votre réussite (évitez également les personnes négatives).C’est à la fois la chose la plus difficile à faire et la plus efficace.On appelle également cela “sortir de sa zone de confort”.
  2. Vivre un évènementAu cours de notre vie, des évènements marquants se produisent. Et si vous forciez un peu le destin ?Pourquoi ne pas essayer de provoquer un évènement pour mettre KO une de vos croyances limitantes (et faire naître une croyance énergisante par la même occasion).Que ce soit une rencontre, une expérience de vie qui remet en cause tout ce que vous pensiez savoir ou un moment où vous vous direz “Eurêka”, cet évènement restera à jamais gravé dans votre mémoire et contribuera à vous faire avancer.
  3. Accroître sa connaissanceApprendre est également un excellent moyen de produire de nouvelles croyances. Que ce soit par la lecture, le cinéma, internet, un professeur ou un mentor, vous vous forgerez votre vision du monde (vos croyances donc).Ce blog est justement là pour vous encourager à entreprendre, c’est à dire à croire que cette voie est une alternative (une autre voie).
  4. Se baser sur des résultats antérieursVous avez déjà créé une entreprise ? En créer une nouvelle ne devrait pas vous poser de problème, n’est ce pas ?Si vous l’avez fait une fois, vous avez acquis la conviction que vous êtes capable de le faire une nouvelle fois.Cela vaut pour toute sorte de projets, si vous avez déjà couru un marathon, vous savez que vous pouvez le faire à nouveau.
  5. Visualiser le résultat espéréCe dernier conseil est probablement le plus difficile à mettre en place (enfin c’est ce que je crois). Toutefois, je l’emploie à chaque fois que je rédige un article.J’essaie de visualiser mon article terminé et bien mis en page pour me convaincre que je peux le faire. Si vous lisez ces mots c’est que ça a marché une fois de plus :)A votre tour, imaginez que votre projet est complété. Pouvez-vous ressentir le plaisir d’avoir réussi ?

    Alors maintenant battez-vous pour aller chercher ce sentiment d’accomplissement.

Reprenez le contrôle !

Rappelez-vous bien que nous vivons chacun dans notre propre réalité.

A nous de modeler nos croyances pour réussir.

Aviez-vous conscience de l’omniprésence des croyances dans nos vies ?

Quelles sont vos croyances limitantes ?

Quelle(s) méthode(s) allez-vous utiliser pour générer des croyances énergisantes ?

Laissez un commentaire et nous pourrons en parler :)

Passez une agréable journée.

Alex

 

Photos – Red Thoughts et Einstein’s Photo via Flickr

  1. La première de nos croyances limitantes est (enfin je pense) l’échec… que se passera t-il si j’échoue avec/dans mon entreprise..?
    Malheureusement, c’est humain. On est aussi tous capables de réussir, le tout est de trouver la bonne route, et dans une route il peut y avoir des virages, ou des accidents de parcours. En être conscient, c’est sans nul doute un bon point de départ, non ?

    1. Exactement Gildas,
      L’échec en soi n’est pas particulièrement mauvais, il est avant tout formateur. Nous sommes tous tombés en apprenant à marcher et en apprenant à faire du vélo. L’important est de se relever et de poursuivre ses efforts.

      Effectivement, en être conscient va nous aider à mieux y faire face.
      Entreprendre rime avec prise de risque, à nous de le mesurer dans nos projets :)

      Merci pour votre commentaire.
      Alexandre

    2. L’échec ? En France particulièrement, un créateur qui met la clé sous la porte reste le plus souvent très mal considéré. Ailleurs, chez les anglo-saxons par exemple, cela devient un encouragement car vous vous forgez votre propre expérience.

  2. Héritage de notre éducation, de nos expériences ces pensées et croyances limitantes finissent par nous renvoyer une image de nous même qui n’est pas notre réalité.
    Fort heureusement et comme vous le soulignez dans votre excellent article nous avons tous le pouvoir de prendre ou reprendre le contrôle manuel de notre vie.
    Nous ne pouvons progresser que par le changement c’est le principe de la vie.
    C’est toujours le premier pas qui est le plus difficile pourtant c’est parfois presque rien .
    Cordialement.

    1. Bonjour Jean-Louis,
      Merci pour votre commentaire, à mon sens le premier pas est de prendre conscience de nos croyances. La suite consiste à aller là où nous le souhaitons en étant débarrassés de nos oeillères.

      Au plaisir
      Alexandre

  3. Comme lorsqu’on tombe, il faut se relever et continuer son chemin , l’échec d’une entreprise est forcement un enseignement pour la prochaine…

  4. De l’importance du milieu familial et social dans le développement de la confiance en soi est un vaste débat. J’accorde plus d’importance à l’estime de soi qui s’accroît avec l’amour de notre entourage.
    Connaissez-vous la psychologie positive lancée par Martin Seligman en 1998 ? (à ne pas confondre avec la pensée positive, un brin angélique). Cette approche scientifique dans sa méthode, met en perspective le développement personnel et l’épanouissement. Elle étend ainsi le champ de la psychologie au delà des problèmes individuels et collectifs. Votre article semble s’inscrire dans cette réflexion.
    Pour finir, Albert Einstein a aussi dit :
    « La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre. »

  5. Pour ma part la plus grande croyance limitante est celle qui définit l’échec comme étant un évènement exclusivement négatif, donc à éviter à tout prix. Le risque d’échec étant présent dans le processus de création d’entreprise, c’est de façon très naturelle que cet enseignement n’a pas été inclus dans mon éducation. C’est donc de façon tout aussi naturelle que mon cerveau aujourd’hui assimile la création d’entreprise avec échec, donc sentiment négatif. Sauf que l’échec fait partie du processus normal de création d’entreprise, et que l’entrepreneur s’en sert comme d’une méthode d’apprentissage. Ce point est très important car il transforme l’échec en évènement positif et aide le cerveau à interpréter la création d’entreprise comme quelque chose de positif. Ce n’est pas l’école qui nous apprend cela. Un peuple d’entrepreneurs téméraires serait nettement moins modulable qu’un peuple de moutons apeurés.

  6. Entre un article très intéressant et très vrai.

    Comment faire en sorte que Simon ait envie de regarder autour de lui et qu’il “entreprenne” à son tour alors qu’il y est (à priori) moins prédestiné (ou en tout cas moins sensible) que Mathieu ?

    En ce qui me concerne, ce sont les différentes rencontres que j’ai pu faire dans mes expériences professionnelles qui m’on ouvert les yeux et permis d’avoir l’envie de sortir un peu du cadre traditionnel, et d’agir dans cette direction.

    Je ne peux pas m’empêcher de conseiller de participer à des rencontres (meetup ou autres) qui mêlent des personnes proposant leurs idées et des personnes désirant mettre en oeuvre leur savoir faire (technique, marketing, …). Des synergies très intéressantes peuvent se produire (c’est du vécu :) ).

    Luc

  7. Petite typo dans mon commentaire:

    “Entre un article très intéressant et très vrai” => “Encore un article très intéressant et très vrai” :)

  8. Toutes ces croyances restent tellement ancrées en nous que la difficulté pour s’en débarrasser tient dans une véritable remise en question de soi-même. Cet article, je dirai plutôt ce blog, aide à franchir ces obstacles.

    A titre d’illustration je ressemble plutôt à Simon et le fait de seulement avoir l’idée d’un projet de création a été très mal perçu par mon entourage. Tout devient prétexte à vous décourager ! Chacun y va de son “grain de sel”… Bien que tous ces “biens pensants” n’aient jamais rien créé. Ma démarche était d’autant plus mal comprise que je fus salarié pendant de nombreuses années.

    Cependant loin de me laisser aller j’ai sauté le pas et si le quotidien peut-être parfois difficile, aucun regret et suis prêt à recommencer. Par ailleurs en ce qui concerne l’âge du créateur, je suis tout à fait d’accord…. quelle importance !

    Merci pour cet article !

    1. Bonjour François,

      Merci pour ce commentaire étayé :)
      Je suis heureux de voir que cet article t’ait permis de réfléchir.

      Bonne continuation
      Alexandre

  9. je suis tout à fait d’accord et d’ailleurs j’ai lu le livre de Tony Robbins avant de lancer ma société et cela m’a beaucoup aidé.
    Dans la création d’entreprise, on parle souvent des aspects matériels, de la forme juridique de la future société en oubliant que nos pensées sont tout aussi importantes et qu’elles ont une influence sur nos actions.

    1. Bonjour David,
      Merci pour votre commentaire. Vous avez tout à fait raison, le conditionnement et les croyances d’un dirigeant influent beaucoup sur la destinée de l’entreprise.
      Au plaisir
      Alex

  10. Salut Alexandre,

    Comme le dit Gildas et d’autres personnes la pire reste la croyance limitante sur l’échec, elle nous empêche de réaliser ce qu’on a envie de faire mais pour tout, monter une boite, monter un groupe, aller parler à une nana ou un mec dans la rue, demander une augmentation ou évoluer etc… C’est un fléau du conditionnement ! Et ça tant que le peuple n’aura pas compris ça… il devrait tous lire pouvoir illimité !

    Au plaisir,

    Jordane de MonBonPote

  11. Pour générer des pensées énergisantes, je me cultive de mon propre chef. J’ai par exemple suivi le programme “le secret” qui montre très clairement à quel point il est important de penser positif.

  12. Merci pour cet article. Je suis en plein dans cette situation actuellement. J’ai toujours eu un fort caractère et ai toujours voulu entreprendre qqch. J’ai toujours voulu diriger ma vie et non déprendre de telle ou telle entreprise pour vivre. Cela s’est accentué avec la naissance de mon fils il y a 7 mois. Je suis suivi actuellement par un prestataire de pole emploi en conseil de création d’entreprise et je vous avoue ke j’ai souvent des moments où je me dis: est ce pas trop risqué? vais-je réussir? suis je capable d’aller au bout du projet? etc… De plus, mes parents, tous deux salariés, me parle souvent des risques liés à la création d’entreprise ou encore ma mère qui me par le sans arret des enfants des autres qui ont trouvé un travail à tel endroit ou dans telle entreprise… Donc pas facile après ça d’être vraiment confiante. Heureusement que mon conjoint est là pour moi avec mon fils et que je me bats contre mes croyances limitantes pour essayer d’aller au bout du projet !! j’y crois et cela me passionne!!
    Encore merci!!!

    1. Bonjour Melody,

      Merci pour ton commentaire, je suis ravi de t’avoir aidé grâce à cet article :)
      Personne ne peut savoir si tu vas réussir, cela dépend d’une quantité de facteurs.
      Par contre, ne te laisse pas décourager par des personnes qui ne sont jamais passées par là. Il faut comprendre qu’elles s’inquiètent pour toi car tu comptes te lancer dans quelque chose qui leur est inconnu.

      Quoi qu’il arrive, il faut capitaliser sur ce que tu apprendras et apprécier le parcours.
      Je te souhaite une excellent continuation :)
      Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À lire ensuite:

Vous cherchez une idée géniale pour votre entreprise ? Et si vous faisiez fausse route ?

Vous cherchez une idée géniale pour votre entreprise ? Et si vous faisiez fausse route ?